Des vacances de rêve - Journée tendue - 24



Mardi 22 août 2006

Christian se lève vers 8h30, et monte prendre le petit déjeuner en me laissant dormir. Je suis réveillée depuis un moment, mais ne bronche pas.

Vers 10 heures, le téléphone sonne en haut, Amanda m’appelle : c’est Mondial assistance qui me rappelle comme convenu. Et, comme je le pressentais un peu, mon rapatriement est refusé, sous prétexte que j’ai moi-même refusé leur aide à Tignes. Je leur ai expliqué pourquoi, les enfants étaient en Espagne, il fallait que Christian descende de toute façon, et moi seule j’étais incapable de me débrouiller, mais rien à faire. Je raccroche, déçue, dégoûtée, au bord des larmes. Je redescends au studio, juste envie de rentrer, dormir, oublier ce cauchemar qui n’en finit pas.

Christian me suit en bas, puis il me demande si je veux un café, je lui réponds non, je veux juste rentrer, rentrer chez moi. Il me répond "Mais n’importe quoi". Et là je craque à nouveau, je fonds en larmes, et lui balance tout ce que j’ai sur le cœur. Je lui dis que je me sens de trop, que je ne suis vraiment pas à ma place, je ne sais pas ce que je fous là. Lui, il a sa famille et ses enfants, moi suis seule, je suis juste avec un mec qui n’en a rien à fiche de moi, qui fait même plus de câlins à son chien qu’à moi, et je lui dit aussi que pour moi, il n’est absolument pas amoureux, il n’a rien du comportement du mec amoureux.

Il se tait. Ce silence veut tout dire. Je continue en disant que ça je n’en veux pas, je n'ai pas envie d’être juste la mère de ses enfants, j’ai déjà assez donné comme ça, et un mec distant et froid, je n’en veux pas. Il me répond, pour sa défense, qu’il a trop souffert déjà, il n’a plus envie de s’attacher. Je m’énerve, j’ai l’impression de revivre une scène déjà vécue dans le passé, avec un autre… Je lui réponds directement, sur un ton très sec, sans mâcher mes mots : "Dans ce cas trouves-toi une autre, et on en reste là alors !!".

Ne sachant plus quoi répondre (super !), il remonte.

Il redescend à nouveau vers midi (voir si je suis calmée ?). Entre-temps, Je réfléchis, j’envoie un texto à ma petite soeur, pour lui demander si elle peut nous récupérer éventuellement à l’aéroport de Baden-Baden, si besoin. Elle me répond "Pas de souci". Je lui demande également de m’envoyer le numéro de téléphone de Ryanair si possible (celui que j’ai ne marche pas), et j’envoie le même texto à Olivier, comme ça suis sûre d’avoir au moins une réponse d’un des deux. Ma petite soeur me propose dans la foulée de regarder les vols départ Barcelone, au cas où…

Il faut aller acheter des steacks hachés, pour le repas de midi. Christian insiste pour m’emmener, pour me changer les idées. Je n’en ai vraiment aucune envie, mais je me force, j’essaie de faire bonne figure malgré tout. Je passe aux toilettes avant, et merde, j’ai mes règles ou quoi ? Il ne manquait plus que ça (désolée pour les détails intimes !), ce n’est pas la bonne période pourtant ?!! Pas normal, ça doit être le stress, les nerfs…

J’achète des Tampax au supermarché. Nous rentrons avec les steaks, la mère râle comme à son habitude. J’en ai marre, mais marre, marre, vraiment marre.

Le père de Christian a l’air de comprendre que je ne vais pas fort du tout (c’est bien le seul qui montre un peu de compassion), il me propose une sangria. J’en bois trois verres ! Ca tourne, je suis pompette, alcool plus médocs, bonjour le résultat ! Je bois encore du vin après, je vais me saouler, comme ça, ça ira mieux, j’arriverai peut-être à oublier que tout va mal.

L’après-midi, nous traînons à la piscine. Les enfants de Denise (la marraine de Christian) passe chercher Fabien et Gaetan pour aller à la mer. Je me baigne un peu dans la piscine avec Christian et Amanda (c’était une fausse alerte finalement ouf, pas besoin des Tampax !). Puis, plus tard, Denise nous propose à Christian et moi de passer les voir le soir, pour l’apéro .

La fin de journée arrive, je me change, puis nous partons en voiture pour l’apéro, sans les enfants. La tension baisse un peu entre Christian et moi. Nos hôtes sont très sympas, enfin je me détends. Il faut dire aussi que j’ai à nouveau bu plusieurs verres de sangria, ça aide ! Après l’apéro, nous prenons congé pour les laisser dîner tout de même. Comme il est déjà 21 heures, nous optons pour un restaurant. La fin de soirée est assez sympa ouf, ça faisait longtemps. Puis nous rentrons. Nous regardons encore un peu de TV, faisons l’amour (et vive la sangria !), puis dodo.

A suivre...

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

                                          CopyrightFrance.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×