Estartit - 19



Jeudi 17 août 2006

Je me réveille, toute endolorie. Il commence à faire jour. Je regarde l’heure, il est 6h30 passé. J’ai peu et très mal dormi. Je pense à la réaction des parents, et des enfants, s’ils me trouvent dans la voiture. Je me décide à sortir et retourner dans l’appartement. Aucune envie de faire des histoires, d’avoir des explications à donner, etc. etc. Je sais bien que si son père me trouve ici, Christian va se faire engueuler, et je crois qu’il le mériterait largement. Mais en même temps, ce problème ne regarde personne d’autre que nous deux, et il y a bien assez de tensions déjà. Je récupère donc mon coussin, et sort de la voiture, pour retourner dans l’appartement. Il m’entend rentrer, j’ai l’impression qu’il ne dort pas non plus. Mais je passe à côté de lui sans un mot, et je vais me coucher dans la chambre du fond. Malgré l’inconfort du lit, je me rendors.

Un peu plus tard, je l’entends se lever, et monter. Il va sûrement prendre son petit déjeuner je suppose. Je pleure, j’en ai marre de cette situation, je n’ai qu’une envie, c’est de rentrer chez moi, rentrer, retrouver mon chez-moi, et tant pis si je n’arrive pas à me débrouiller toute seule, je trouverai bien un moyen, mais au moins je serai chez moi, au calme, loin de toutes ces histoires, loin de cette famille de barges, loin de ce mec qui n’a pas l’air de m’aimer plus que ça.

Il redescend un peu plus tard, et cette fois-ci, il entre dans la chambre. Il me demande si je suis réveillée, si ça va, si je veux un café. Je craque, et recommence à pleurer, grosse crise de larmes. Je lui dis simplement que j’en ai marre, que je veux rentrer chez moi, de toute façon je compte moins que le chien. Là, il m’explique qu’il ne pouvait pas sortir le chien, il aurait aboyé, et réveillé tout le monde… Super comme explication… Je finis par me calmer, mais je garde une grosse boule au fond de la gorge, je lui en veux terriblement.

Les parents sont partis passer la journée à Perpignan. Christian prépare le repas : frites et saucisses, ça va c’est dans ses cordes ! Nous mangeons tranquillement, ça fait du bien un peu de calme, personne qui ne râle pour une fois. Autant faire bonne figure aussi alors, même si mon moral n’est pas au top, pour une fois que nous avons une journée sans la belle-mère sur le dos, tâchons d’en profiter.

Christian propose de retourner à l’Estartit l’après-midi, faire du shopping, et acheter notamment la tête de cheval que j’avais repéré. Et auparavant, pour faire plaisir aux enfants, il leur propose d’aller faire un tour au karting. Ils sont ravis. Les enfants aident Christian à débarrasser la table, pendant que je descends me préparer, essayer d’avoir l’air présentable à nouveau.

Nous prenons la route, direction karting. Christian paye un tour à chacun, c’est cher mine de rien, il en a pour pratiquement 50 euros, pour dix minutes de circuit. Mais bon c’est ses sous, il paye avec sa carte bancaire, alors ce n’est pas mon problème. C’est ses gosses, et son neveu, alors qu’il assume. Le tour fini, les enfants remontent nous rejoindre, ravis. Fabien veut encore en faire, il insiste, mais Christian lui dit non, une prochaine fois. Il commence à râler, mais nous retournons à la voiture tout de même. Il veut rentrer, se baigner, nous lui dit non nous avons prévus autre chose, et il rouspète encore. Je m’en mêle, je lui explique qu’on est allés au karting pour leur faire plaisir, que nous avons dû attendre pendant qu’ils s’amusaient, et que maintenant nous allons faire du shopping, chacun son tour. Il ne dit plus rien.

Nous nous promenons à Estartit, petite ballade sur le port, puis nous retournons dans la rue commerçante, direction la boutique où j’avais repéré la tête de cheval. Je suis trop heureuse, elle est toujours là. Ma petite soeur va être contente. Nous nous balladons un peu plus loin. Une boutique de parfums à nouveau : j’en essaie quelques-uns, et finalement j’en trouve un qui me plaît. Vu le prix, je n’hésite pas, je l’achète. Nous continuons notre vadrouille, les enfants commencent à grogner, et moi je commence à avoir très mal. Nous nous installons sur une terrasse pour boire un coup, et nous reposer. Ca va mieux.

Nous repartons, faire d’autres boutiques. Fabien a trouvé un ensemble de foot, il insiste tellement que son père finit par céder et lui acheter. Je m’arrête devant une autre boutique : des tableaux, enfin plutôt des représentations sur des toiles. Je les regarde, et je flashe sur un des tableaux : trois barques échouée sur le sable, avec la mer en arrière-plan. Il est magnifique, depuis le temps que j’en cherche un, il ferait bien chez moi. Fabien râle à nouveau (pffff celui-là), et moi je commence à fatiguer, je laisse tomber pour aujourd’hui, au pire nous reviendrons.

Il se fait tard, bientôt 19 heures, les enfants ont faim. Nous nous dirigeons vers le port, vers un restaurant que connaît Christian, où l’on mange bien pour pas cher qu’il dit… Sur le chemin, dernière boutique, je trouve un bandeau pour les cheveux. Ca va être plus pratique que les pinces ! Et plus facile à mettre d’une main aussi. Adjugé vendu.

Ca y est, voici son restaurant, face à la mer. Malheureusement, il y a du monde déjà, la seule table disponible et assez grande n’offre pas une belle vue, tant pis, nous nous installons tout de même. Nous passons commande, pizza pour tout le monde, et des pâtes pour moi (c’est plus facile à manger !). C’est bon mais sans plus, et le resto est super bruyant, ça fait un peu cantine, nous sommes obligés de crier pour nous comprendre, génial. L’addition est assez salée aussi, c’est pratiquement les mêmes prix que chez nous, alors que d’habitude nous mangeons pour presque moitié moins cher. Il est 21 heures passés quand nous sortons du restaurant. Un dernier tour près du port, et nous retournons enfin à la voiture, pour prendre le chemin du retour.

Finalement, la journée ne s’est pas trop mal terminée. A peine rentrés, je ne traîne pas longtemps, je suis épuisée, et je m’endors assez vite.

 

A suivre…

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

                                          CopyrightFrance.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×